Disponible depuis septembre 2015 chez Cornélius.
Le mot de l'éditeur :
"Les singeries sont-elles le fait des primates ou des artistes ? À quel moment les barbouillages de nos ancêtres sont-ils entrés dans une course à la nouveauté ? Et si les prémisses de l'Art étaient nées de l'esprit d'un macaque complètement drogué ? Sacré Benoît Preteseille, il n'y va pas avec le dos de la cuillère ! Dans Histoire de l'art macaque, tous les primates en prennent pour leur grade : les imagiers, devenus artistes ou artisans, et leurs assistants, les prêtres adorateurs du grand Dieu singe, les chimpanzés critiques d'art, les collectionneurs bonobos et bien sûr, tous les ouistitis-spectateurs qui ne savent plus trop ce qui est beau ou pas. Résultat : tout ce petit monde se frotte à l'évolution des pratiques et des discours pour mieux en mettre à jour les travers. Ça gribouille, ça parlotte, ça ronchonne, ça argumente, ça cogite, ça se dispute... Sans s'en rendre compte, le lecteur arrive peu à peu à cette fatidique question (que tout anthropoïde, que nous sommes, est amené à se poser un jour) : combien mes clients seraient-ils prêts à payer pour une banane artistique ?"